OIKOS, histoires de maisons

Petite forme d’habitation - Création 2017

Équipe :
Conception et jeu : Mathilde Risse, Steve Brohon
Conception et collaboration artistique : Geneviève Thomas, Lucie Thomas
Scénographie : Vanessa Ailleaume
Production : Théâtre des Trois Clous
Partenaires (en cours) : Théâtre La Forge – Aubigny sur Nère, la Ville de Tours, l’Espace Jacques Villeret – Tours, La Grange-Luynes, Centre Socioculturel Camille Claudel – Ville aux Dames,  La Parenthèse-Ballan Miré-
Création : Novembre 2017

« Nous ne quittons jamais les maisons de notre enfance :
elles restent toujours en nous, même quand elles n’existent
plus, même quand les tractopelles et les bulldozers viennent
les détruire. »
Ferzan Öztepek

Maison maison

* OIKOS : du grec ancien
« maison » , est l’ensemble de
biens et des hommes rattachés
à un même lieu d’habitation.

Ils dessinent les plans des maisons.
Ils construisent ensemble des maisons.
Ils habitent des maisons.
Ils visitent les maisons des autres.
Ils fouillent les restes des maisons.
Des maisons collées, isolées, dans des villes ou nulle part.
Dans les plis des maisons, il y a des histoires.
Les deux comédiens manipulent un décor maquette qui évolue au fil des histoires qu’ils racontent.

Avec « OIKOS, histoires de maisons », la compagnie désire travailler une petite forme autour de la question de la Maison et des espaces intimes que nous y construisons.
Les livres constitueront un élément central de la Maison construite, comme ils l’ont toujours été dans le travail de la compagnie. Une partie de la Maison du spectacle, pareille à la représentation d’une mémoire, sera remplie d’albums jeunesse.

« Raconter les Histoires d’un lieu.
Quand je rentre dans une Maison, souvent j’aime m’imaginer l’histoire de ce lieu. Je regarde les murs et je me demande qui est passé par là, qui a habité ici, quelles histoires intimes ou rocambolesques ont pu s’y dérouler.
Des traces et des indices voyagent avec le temps, à la manière d’un enquêteur, j’aime les décrypter.
Une Maison est un bâtiment qui est construit pour vivre et perdurer dans le temps, créant ainsi une mémoire à cet espace. Parfois ces Maisons sont détruites ou abandonnées, n’y laissant que des ruines, la vie intime n’y existent plus mais l’histoire elle perdure. Par son histoire et sa mémoire le bâtiment continue à vivre.
Dans les Maisons se créent une mémoire collective individualisée car c’est une mémoire remplie de souvenirs d’individus différents et chargés d’époques et d’émotions éparses.
Avec « OIKOS, histoires de maisons », je n’ai pas la volonté de proposer une maison réaliste mais plutôt d’être le plus proche du jeu, de l’imagination, du « jouer à » et de ce grand amusement qui est de fabriquer des cabanes et d’y créer ses propres histoires.

Habiter c’est exister, c’est-à-dire faire l’expérience de la présence en un lieu.
Habiter c’est investir un lieu, le charger de projets et de futurs souvenirs.
Investir un habitat, c’est un peu s’en vêtir : l’habitat renseigne sur celui qui l’occupe autant que l’habit sur
 celui qui le porte.
Habiter c’est se sentir chez soi, c’est partager avec d’autres une histoire intime.
Pour qu’il y est partage, il faut qu’il y ait un autre. Un autre que l’on accueille. »

Dates de diffusion:
2017
Mercredi 15 novembre 2017 15h30 – Festival La Ville aux Livres- salle Maria Callas
Samedi 18 Novembre 2017  16h30- Médiathèque La Parenthèse Ballan Miré
Samedi 25  Novembre 2017 16h00 – La Médiathèque de  Luynes
Dimanche 10 décembre 2017 : Centre Courteline – Tours
Samedi 16 Décembre -Aubigny-sur-Nere (18)
2018
Mars 2018 à Chanau sur Lathan avec la FOL 37
Mercredi 27 juin 2018 (2 représentations) – Programmation jeune public de Tours – Les Granges Collières

Le projet Habitat de la compagnie

Cette recherche donnera lieu à un diptyque :
Un point de vue de l’espace intérieur puis un point de vue de l’espace extérieur constituera ce diptyque :
// Le point de vue intérieur répondra à une forme plus intime et plus plastique. D’un espace nu, se construira une habitation avec sa vie interne, sa décoration et son histoire. Les spectateurs découvriront cette maison témoin d’histoires mais aussi de connaissance car elle se livrera comme une « Maison à lire et à livres ».
// Le point de vue extérieur viendra s’ancrer dans un espace urbain : utiliser une vraie maison, et plus particulièrement sa façade comme décor, y faire vivre une journée, une vie théâtralisée à travers les fenêtres du bâtiment. Avec cette version extérieure, nous voulons également questionner les propositions pour le jeune public dans l’espace urbain.
Ces deux formes, qui pourront se compléter l’une l’autre, viendront explorer les frontières entre espaces intérieur et extérieur mais aussi ces espaces intimes et quotidiens que nous nous construisons tous.